Le monde d’après crise : Comment accompagner les salariés et les entreprises à retrouver une vie professionnelle « normale ».

Le début des années 20 de ce siècle a commencé comme s’est terminé la fin des années 20 du siècle dernier. Avec une crise, non pas économique, mais sanitaire cette fois. En effet, ces deux dernières années ont tristement marqué le début d’une nouvelle ère et le changement de nombreuses habitudes.

Stratégie RH

rgpd et données RH

Par David YELLOUZ

Consultant fonctionnel SIRH

Sans retracer tous les évènements, il est tout de même important de citer les 4 faits qui m’ont le plus marqué depuis le début de cette crise sanitaire.

  • Le 1er est le nombre de personnes qui ont perdu la vie à cause de cette pandémie, plus de 5 millions dans le monde à l’heure où je rédige ces lignes. A ce propos, l’Insee remonte une augmentation de la mortalité en France de 9% en 2020 par rapport à 2019 (une hausse inédite depuis 70 ans).
  • Le 2ème est le confinement de plus de 3 milliards d’habitants au même moment pour essayer de diminuer le nombre de contaminations.
  • Le 3ème sont les 25 millions d’habitants actifs uniquement en France qui ne pouvaient plus exercer normalement leurs activités professionnelles du jour au lendemain.
  • Enfin le 4ème, le télétravail pendant de longs mois, pour ceux qui avaient la chance de conserver leur travail sans avoir à sortir de chez eux.

Les impacts de la crise : entre chamboulement et remise en question

Face à cette crise sans précédent, les institutions, les entreprises et les collectivités ont dû s’adapter, se réinventer pour ne pas disparaître. En parallèle, les habitudes de consommation et de rythme de vie ont changé.

La ville de Paris a par exemple perdu plus de 21 000 habitants ces deux dernières années. La délocalisation massive de salariés des zones d’activités s’explique par le fait qu’une partie des salariés pouvant télé-travaillé a choisi de s’éloigner de son lieu de travail en gagnant des espaces de vie plus grands en contrepartie.

L’année 2020 a été marquée par une baisse de 42% des investissements dans l’immobilier professionnel par rapport à l’année précédente, un record depuis 20 ans. Certaines entreprises comme Wizi, Prévision.io ou L’Institut Sapiens pour ne citer qu’elles, ont vendu leurs locaux délaissés par leurs salariés.

A l’inverse, le secteur des chaussons a explosé avec un bon de 12% des ventes par rapport aux moyennes annuelles !

Ces nouvelles habitudes n’ont pas que des avantages. En plus de la flambée des prix de l’immobilier dans les zones rurales et de l’isolation des salariés, le sentiment d’appartenance a diminué avec l’éloignement. L’intégration de nouveaux salariés peut s’avérer également plus difficile avec la distance.

Plus alarmant, une enquête menée par le cabinet MoovOne publiée en novembre 2021 auprès de 200 responsables RH issus d’entreprises de secteurs variés remonte que plus de 50% des salariés de ces entreprises ont commencé à réfléchir sur le quotidien d’avant crise, et certains ne souhaitent plus le retrouver.

Des aménagements de situation, de poste et d’organisation doivent se mettre en place. De nouvelles questions sur le sens que les collaborateurs veulent donner à leur vie professionnelle et personnelle ont émergé. Est-ce que les salariés se retrouvent réellement dans le travail qu’ils réalisent au quotidien ? L’enquête de MoovOne constate en effet : augmentation de la fatigue (pour 71% des salariés), une perte de motivation (61%) et une perte d’engagement (54%).

L’enquête de MoovOne s’est également penchée sur les différents leviers à mettre en place pour redonner cette « envie » aux collaborateurs. Nous pouvons citer comme principaux éléments : La reconnaissance (74%), des opportunités de développement de carrière (61%), une rémunération plus attractive, de l’écoute (53%), une politique de travail flexible (46%) et des opportunités de mobilités (27%).

S’adapter et se réinventer pour mieux se retrouver

Face à ce constat et ces questions, les entreprises ont besoin de se réinventer.

1) Des espaces et temps de travail hydrides

L’organisation du travail est devenue hybride (télétravail alterné avec des jours de présence sur site) quand le télétravail n’était pas imposé. Il est nécessaire de redonner envie aux salariés de revenir dans les locaux de l’entreprise si cette dernière en possède toujours. Il est important de revoir des espaces de travail. Finis les open-spaces blancs sans âme. L’idée est d’adapter le bureau du salarié pour qu’il puisse se sentir comme chez lui au bureau. Il est aussi important de réfléchir à l’objectif du travail en présentiel et des espaces sur site nécessaires : qu’est-ce qui est mieux fait en présentiel qu’en télétravail ? Pour citer un exemple lors d’un projet, un simple croquis lors d’une réunion en présentiel peut éviter des incompréhensions à distance ou des réunions à rallonge. Aussi, il est important de conserver du lien social pour ne pas perdre l’esprit d’équipe qui peut diminuer à distance.

L’être humain n’est pas fait pour vivre isolé, même s’il possède une bonne connexion internet. On peut comparer le télétravail aux sites de rencontres, tôt ou tard le besoin de se retrouver physiquement est important. L’isolement peut avoir un impact sur la santé du salarié, son organisme et également sur ses relations sociales. On entend souvent parler de « bon vivre en entreprise » ou de « great place to work », cette notion ne peut pas uniquement se résumer par des actions à distance. Oui les comportements ont pu changer après cette crise et les valeurs des entreprises ont pu évoluer, mais elles ne doivent pas perdre leur ADN. Il ne faut pas oublier, que l’histoire entre un salarié et une entreprise commence par un entretien d’embauche, par son intégration, des réussites, des échecs, des formations etc. Nous avons vu que tous ces évènements peuvent se faire à distance, mais leur intensité, les émotions dégagées par ces évènements ne sont pas les mêmes qu’en présentiel. Donc oui, il est important de se réinventer pour mieux se retrouver.

2) Un accompagnement individualisé 

Dans ce contexte d’après crise, les entreprises doivent considérer l’employé en prenant en compte sa santé physique et mentale. Il n’est plus question, aujourd’hui, de demander aux salariés de laisser leur vie personnelle à la porte de l’entreprise et de se concentrer exclusivement sur son travail. Un accompagnement sur sa carrière peut aussi l’aider à redonner du sens à sa vie professionnelle. Aussi, un bilan de compétences pour aider les salariés qui souhaitent se réorienter soit vers d’autres secteurs de l’entreprise ou vers de nouveaux horizons est un élément important à prendre en compte pendant cette période d’incertitude.

Une autre pièce maitresse de cette transformation est la ligne managériale de l’entreprise. Le manager d’une équipe peut être comparé à la courroie de distribution d’une voiture. Une vraie ligne managériale, bien rodée, va donner aux équipes qu’il « dirige » le sentiment d’être bien accompagné. Pour cela il est important de travailler sur le plan de développement de ses équipes (un parcours pouvant être sur-mesure en fonction des équipes qu’il manage). Un coaching peut être nécessaire pour aider les salariés à retrouver une connexion et une prise de conscience sur leurs besoins. La mise en place d’un plan de développement pour les salariés leur permettra de retrouver l’énergie nécessaire.

3) La communication comme clé de succès de l’engagement

Il existe plusieurs outils qui peuvent être utilisés pour développer l’engagement envers l’entreprise : la reconnaissance, la flexibilité, la mise en place de temps forts (projets en groupe par exemple) et d’évènement à distance et en présentiel. Un autre élément important, la communication. Une bonne communication sur les orientations de l’entreprise par exemple peut réengager les salariés envers leur société. Enfin, que ce soit à distance ou en présentiel, les infrastructures, les équipements et outils informatiques peuvent aussi jouer dans cette balance de l’engagement.

 

Depuis ce lundi 14 mars 2022, les protocoles sanitaires commencent à disparaitre en entreprise (levée de l’obligation du port du masque et des règles de distanciation sociales par exemple), le retour à la vie « normale » se met en place. Les entreprises redeviennent « maîtres » de leurs règles sanitaires et de télétravail. Ce retour tant espéré à la vie normale pour certains pourrait potentiellement avoir un aspect négatif sur la vie et les habitudes de certaines personnes.

Des questions restent maintenant en suspens, combien d’entreprises vont garder un rythme hybride ? Combien vont revenir au fonctionnement initial sans télétravail ou aménagement spécifique et quels seront tous les enseignements de cette crise pour le monde du travail ?

Affaire à suivre.

Chez SQORUS, nous sommes prêts à vous accompagner sur ce chemin, de l’aide au choix à l’intégration, jusqu’à l’accompagnement du changement.

N’hésitez pas à nous contacter pour en discuter.

 

TÉLÉCHARGEZ LE LIVRE BLANC

« QUELS OUTILS POUR PILOTER VOTRE STRATEGIE RH »

À lire aussi dans notre dossier "Les outils de pilotage d'une stratégie RH" :

 

  • Quelles sont les grandes problématiques des DRH aujourd'hui ?
  • Organisation, gestion des talents, recrutement : chantiers prioritaires des RH ?
  • Direction des ressources humaines : quelles stratégies RH à l'avenir ?
  • Les bonnes pratiques pour piloter votre stratégie RH de manière optimale
  • Les différents outils de pilotage RH pour mener à bien votre sa stratégie RH
  • Logiciel SIRH : les différents domaines d’intervention pour la fonction RH
  • Comment convaincre sa direction d’investir dans un outil SIRH ?
  • Faut-il se faire accompagner dans le pilotage d’une stratégie RH ?
  • Quels indicateurs définir pour mesurer la performance d’une stratégie RH ?
  • Stratégie RH : comment réaliser un reporting RH efficace ?
  • Qui doit piloter les projets RH dans l’entreprise ?
  • Monter un groupe de travail pour un projet RH : qui doit être impliqué ?
Share This