Plateforme Low code : le futur du développement d’applications ?

Dans le cadre du développement d’applications, la plateforme low code ne date pas d’hier. Ce concept qui refait surface aujourd’hui trouve ses origines dans une frontière technique et fonctionnelle de plus en plus fine. L’agilité des métiers y est sans doute pour quelque chose. Il faut savoir que depuis 20 ans, de plus en plus d’acteurs sont formés à l’informatique et à l’utilisation du web. Cette nouvelle génération de spécialistes ne possède pas la compétence de développement, mais dispose du savoir-faire nécessaire pour concevoir et modéliser des outils informatiques puissants. Ainsi, une façon moderne de créer les logiciels s’est développée. Celle-ci ne nécessite pas de la part des services informatiques de grandes connaissances en développement et repose sur l’utilisation des plateformes dites « low code » ou encore « no code ». Vous retrouverez cette thématique dans notre dossier innovation technologique.

Stratégie IT

Le blog IT

Plateforme low code, un concept qui ne date pas d’hier, mais qui est de rigueur aujourd’hui

En lieu et place de plateforme low code, on parlait à l’époque de langage de quatrième génération ou encore de développement dirigé par les modèles. Nous ne sommes donc pas sur un concept nouveau, mais plutôt sur une tendance remise au goût du jour. L’objectif du no code ou du low code est simple : se passer au maximum de l’utilisation d’un langage informatique pour produire un logiciel. Les avantages de cette approche sont multiples.

En effet, elle offre l’opportunité de créer rapidement des applications métiers qui viendront remplacer les outils actuellement utilisés, comme c’est le cas d’Excel. Excel a jusque-là le mérite de permettre le développement low code de multiples applications par le biais du langage de scripts intégrés, mais ces applications ne sont pas optimisées d’un point de vue ergonomique.

Avec l’approche no code, il est possible par le simple biais du « drag’n’drop » (cliquer-déposer) de produire des outils adaptés et agréables à manipuler. Ainsi, il est maintenant facile de remplacer des fichiers classiques de type Excel ou PowerPoint utilisés en entreprise. Cette innovation est valable pour tous les usages : collecte d’informations, analyse, communication, etc.

Comprendre le besoin des entreprises

Le contexte dans lequel s’inscrit cette nouvelle tendance est celui de la conception de projets dans des délais très courts. En effet, les entreprises ne souhaitent plus attendre 6, 12 ou 18 mois pour obtenir un logiciel : elles en ont besoin tout de suite. Ainsi, des outils ont été développés pour permettre le prototypage rapide d’applications sans nécessité de passer par une équipe informatique dédiée. En quelques semaines, une personne qui n’a pas l’expérience d’un programmeur pourra produire un logiciel utilisable pour un client.

L’objectif de cette approche est de répondre à des usages métiers, c’est-à-dire de permettre la modélisation de processus métier. À l’époque, la gestion de processus était possible par le biais de langages de quatrième génération. Ces langages offraient l’opportunité à des non-développeurs de produire des applications d’entreprise grâce à des interfaces utilisateur simplifiées et des lignes de codes compréhensibles par un humain.

Le développement dirigé par les modèles a permis d’approfondir ces résultats en proposant des langages métiers adaptés à des activités en particulier. De nombreux éditeurs mettent à disposition des usagers des plateformes low code. On peut citer les plateformes Microsoft Apps ou Oracles APEX. Ces dernières ont pour but de faciliter la production de nouvelles applications web compatibles avec tous les systèmes d’exploitation.

Plateformes low code, quelles usages pour les entreprises ?

L’utilisation de ces plateforme accélère la digitalisation de nombreux processus. Avant, seuls les processus critiques et importants d’une entreprise étaient intégrés au sein d’une application. Désormais avec l’usage de ces plateformes low code, tous les usages peuvent être digitalisés et intégrés au sein d’une application. Au sein des entreprises, un grand nombre de données sont gérés dans des fichiers excels plus ou moins élaborés. Ces fichiers excels permettent certes une simplicité d’usage couplée avec de puissantes capacités mais sans aucune sécurité ou historisation de la donnée.

Une plateforme low code comme Oracle APEX couplée avec une base de données autonome permet de construire une application web sécurisée pour collecter et partager de la donnée. Mais est-ce pour autant la fin des développeurs ? Non, bien que ces applications puissent être construites simplement par des utilisateurs métiers, à l’instar d’un logiciel excel et de ses macros vba, l’accompagnement par un spécialiste IT vous permettra d’aller plus loin dans l’exploitation de ces plateformes.

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT NOTRE LIVRE BLANC

 « TOUT SUR LA GOUVERNANCE DE PROJET IT »

À lire aussi dans notre dossier sur les enjeux et innovations RH – Finance – IT :

  • La génération Y change l’organisation du travail : une opportunité pour les entreprises !
  • Expérience candidat : un enjeu toujours central pour les DRH en 2020
  • Formation en entreprise : une transformation en cours ?
  • Feedback continu : vers un nouveau mode de management ?
  • Innovation RH : à quoi faut-il s’attendre dans les prochaines années ?
  • Big data et BI : d’une analyse prédictive à une analyse prescriptive
  • Infrastructure as code : pourquoi est-ce un enjeu IT clé pour l’avenir ?
  • La conteneurisation informatique change le développement des applications
  • Plateforme Low code : le futur du développement d’applications ?
  • Architecture SOA et microservices : quels bénéfices pour une entreprise ?
  • Le pilotage de la performance : priorité des DAF pour 2020
  • La direction financière toujours au cœur de la transformation digitale
  • Maîtrise des risques, gestion du cash : quels défis pour les DAF en 2020 ?

Share This
couv page 404